La sculptrice française Camille Claudel aurait fêté aujourd’hui ses 155 ans. Sa carrière a été durablement marquée par sa relation avec Auguste Rodin.

C’était une sculptrice d’exception. Une femme d’art à une époque qui ne les favorisait pas. Camille Claudel, née le 8 décembre 1864, est trop souvent restée dans l’histoire pour avoir été à la fois la muse et l’amante d’Auguste Rodin. Un label qui fait trop souvent l’impasse sur son talent et sa détermination.

Très tôt, Camille Claude a commencé à se plonger dans la sculpture. Passionnée, alors que son frère Paul Claudel se tournera lui vers la poésie, elle expérimente l’argile. À l’âge de 12 ans, elle est repérée par le sculpteur Alfred Boucher qui prend très vite conscience de son incroyable talent et la pousse à s’installer à Paris. C’est là-bas, à l’Académie Colarossi, qu’elle va perfectionner son style et surtout rencontrer, au cours de sa 18e année, Auguste Rodin, un homme qui va changer sa vie.

Une complicité qui se développe

L’élève va très vite travailler avec le maître, apprendre de lui. Camille Claude inspire même à Rodin certaines œuvres. Les deux artistes, qui partagent une très forte complicité, deviennent amants pendant plusieurs années, même si Auguste Rodin refusera toujours le mariage.

Cette relation sera à la fois une bénédiction et une malédiction pour Camille Claudel. En effet, elle est longtemps cantonnée au simple rôle d’élève, puis on l’accuse de copier Auguste Rodin. Pourtant, elle se fera sa place, notamment grâce à une très forte production et au recours régulier à la sculpture de nus. Quand leur relation prend fin, en 1893, elle commence alors à signer certaines de ses plus belles œuvres : La ValseClotho, et surtout L’Âge mûr en 1899.

Sa rupture avec Auguste Rodin va aussi, peu à peu, faire sombrer Camille Claudel dans la folie. Elle détruit alors certaines de ses œuvres et tombe peu à peu dans la paranoïa. Le 2 mars 1913, son père Louis-Prosper Claudel trouve la mort. Dès le lendemain, la mère de l’artiste décide de la faire interner de force. Camille Claudel passera le reste de sa vie en asile psychiatrique. Elle meurt finalement le 19 octobre 1943 à l’asile de Montdevergues, à l’âge de 79 ans. La plus grande partie de sa collection est désormais au musée Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine.

source https://www.lepoint.fr/arts/camille-claudel-sculptrice-et-muse-de-rodin-08-12-2019-2351950_36.php

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here